Fin août, deux travailleurs ont trouvé la mort dans des vignes du Beaujolais, alors qu’ils participaient à la récolte des raisins. Les circonstances font penser qu’il pourrait s’agir de décès liés au travail.

En France, des entreprises spécialisées comme Selenca, accompagnent les viticulteurs dans la gestion des risques agricoles, afin de limiter les risques d’accidents professionnels et garantir une mise aux normes des exploitations.

Quand on évoque les récoltes de raisins, on fait allusion à la convivialité entre des travailleurs de divers profils et horizons : étudiants, demandeurs d’emploi, migrants, travailleurs saisonniers, bénévoles.

On imagine l’esprit de famille, la possibilité de faire de nouvelles connaissances, d’apprendre un métier et surtout de se faire un peu d’argent. Mais il ne faut pas oublier que ces vendanges peuvent être aussi des moments difficiles et des lieux de drame.

Fatigue, blessures, chutes

En effet, il faut qu’on se le dise, les vendanges ce ne sont pas les colonies de vacances. Elles impliquent d’énormes efforts et des risques à cause des conditions de travail. Comme elles ont lieu en été, il faut d’abord composer avec de fortes chaleurs et l’humidité ambiante.

Les ouvriers font face à des coups de chaleur et des risques d’étouffement. Elles peuvent donc souffrir de confusion, de perte d’équilibre, de maux de tête et même perdre connaissance.

Et le soir, les ouvriers rentrent se coucher, ils ressentent très souvent une extrême fatigue, qui peut aboutir au stress.

Il y a également les chutes de plain-pied, qui constituaient 25% des accidents entre 2013 et 2017, selon l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière.

Elles interviennent lors des déplacements des travailleurs dans la vigne, en cuverie ou dans la cour de l’exploitation. Sans oublier les blessures avec les outils coupants et les lésions oculaires (brins de vignes dans les yeux), responsables de 20% des accidents.

Le problème majeur du dos

En outre, il faut faire particulièrement attention aux travaux répétitifs et à des postures contraignantes pour le dos et les articulations. Les positions courbées plusieurs heures par jour dans les vignes fragilisent le dos des vendangeurs et entraîne souvent des déformations irréversibles de la colonne vertébrale. Un problème donc sur le long terme pour leur santé.

Le plus gros risque des vendanges reste assurément les accidents de tracteurs, quand la mécanique participe de cette activité. Ces accidents concernent notamment les chutes de hauteur liées à la montée et à la descente des véhicules (tracteur, enjambeur) et les mauvaises manœuvres du conducteur.

Mais le principal danger se produit sur les routes, en allant à l’exploitation ou sur le chemin du retour. En effet 984 accidents ont impliqué un tracteur agricole. Aussi, 201 personnes sont décédées, dont 44 dans le tracteur (40 conducteurs et 4 passagers).

Quelques précautions à prendre

Face à ces risques pendant la récolte des vins, il faut prendre ses dispositions avant, pendant et après le travail. Avant le travail, le responsable de l’exploitation et les ouvriers veilleront à réunir le matériel nécessaire.

Il s’agit notamment des équipements de protection individuelle ou EPI (gants, visières, chaussures, etc.) dont il faut vérifier la qualité. Il faut aussi préparer la nourriture et assez d’eau pour réduire les risques de fatigue. Pendant le travail, les vendangeurs doivent faire preuve de vigilance et alterner les postures. Enfin, après le travail, ils pourront vérifier à nouveau le matériel, bien les disposer et se reposer convenablement la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *