Philip Morris International (PMI), le numéro un mondial de l’industrie du tabac, renforce sa stratégie de diversification en-dehors des produits à base de nicotine, avec les acquisitions ces derniers jours du laboratoire pharmaceutique danois Fertin Pharma et du spécialiste britannique des médicaments inhalés Vectura. Deux acquisitions qui marquent une accélération dans la stratégie du groupe suisso-américain d’arrêter à moyen-terme la commercialisation de cigarettes.

« Bâtir un monde sans fumée ». Nombreux étaient les sceptiques quand le fabricant des cigarettes Marlboro a annoncé en 2016 son nouveau slogan et sa nouvelle stratégie visant à mettre un terme aux ventes de cigarettes « d’ici 10 à 15 ans ». Cinq ans plus tard, force est pourtant de constater que la révolution copernicienne de PMI est bel et bien en train de prendre forme.

Derniers exemples en date, de la volonté de PMI de se transformer en groupe de technologie et d’innovation offrant des alternatives moins nocives à la cigarette : les acquisitions ces dernières semaines de deux acteurs d’envergure des dispositifs médicaux alternatifs à l’arrêt de la cigarette et au sevrage tabagique.

PMI a racheté pour 820 millions de dollars le laboratoire pharmaceutique danois Fertin Pharma, spécialisé dans les produits de substitution à la cigarette (gommes, chewing-gums, poudres et comprimés). Il s’agit « d’une étape majeure dans notre ambition de créer un monde sans fumée qui nous permet d’élargir notre portefeuille de produits sans fumée, notamment par prise orale, et d’accélérer notre progression au-delà de la nicotine », a indiqué le PDG de Philip Morris International, Jacek Olczak.

Quelques jours plus tard, PMI a annoncé le rachat du britannique Vectura Group, le spécialiste mondial des médicaments inhalés, pour 1,24 milliard de dollars. Jacek Olczak a alors déclaré que la stratégie sans nicotine de PMI procède d’une « ambition claire pour utiliser notre expertise en matière d’inhalation et d’aérosols comme levier pour nous positionner dans des secteurs adjacents – y compris la prise de médicaments respiratoires et le bien-être- avec l’objectif d’atteindre au moins un milliard de dollars nets de revenus d’ici 2025 ».

Philip Morris a investi près de huit milliards de dollars en recherche et développement au cours de la décennie passée pour le développement d’alternatives sans combustion à la combustion, et notamment son dispositif de tabac à chauffer Iqos, devenu leader mondial du secteur du tabac à chauffer. Selon PMI, l’Iqos est 90% à 95% moins nocif que la cigarette traditionnelle.

En début d’année, PMI a annoncé des objectifs revus à la hausse et prévoit désormais que la part des ventes de cigarettes devrait passer en dessous de 50% de ses revenus nets d’ici 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.