Si nous devions nommer un secteur de la fintech qui a profité de la crise pandémique, ce serait certainement le paiement. Avec la transition vers une économie qui repose beaucoup plus sur les interactions en ligne, les paiements en ligne ont beaucoup augmenté depuis 2020. Selon Business Insider, la pandémie de coronavirus a accéléré la numérisation de l’industrie des paiements de deux à trois ans. Pour vous donner des chiffres, ce secteur pourrait enregistrer une valeur de 6,6 milliards de dollars cette année. Cela représente une hausse de 40 % en deux ans.

Une raison plus structurelle qui explique pourquoi le paiement est si chaud en ce moment réside dans le fait que les sociétés de paiement sont facilement en mesure de se développer à l’international. Le paiement étant utilisé partout, il n’est pas difficile pour une fintech de convaincre des clients du monde entier.

Plateformes de gestion des paiements

Ces plateformes séduisent les e-commerçants car ce sont des solutions de guichet unique et peuvent être considérées comme une externalisation (partielle) du service paiement de ces commerçants. En permettant l’agrégation de PSP, ils augmentent le nombre d’acquéreurs connectés, le taux de conversion et de performance. Enfin, en offrant la possibilité de pré-intégrer des moyens de paiement et des services autour du paiement (détection de fraude, analytique), ces solutions permettent une évolutivité et un déploiement rapides.

Voici une vidéo en anglais relatant ces faits :

Quelles sont les limitations potentielles ? Premièrement, ces solutions de guichet unique pourraient créer par définition un point de défaillance unique pour les commerçants en cas de problème technique. Deuxièmement, les PSP et les fournisseurs de services peuvent considérer ces acteurs comme des canaux de distribution, mais sont généralement plutôt réticents à être intégrés dans les plateformes qui les désintermédient.

Détection de fraude

Ces solutions de nouvelle génération sont alimentées par l’apprentissage automatique, qui offre des performances nettement meilleures par rapport aux précédents moteurs de détection de fraude basés sur des règles métier. Il en résulte une réduction du nombre de faux positifs et de fraudes, ce qui génère à son tour un ROI avéré pour les e-commerçants.

Néanmoins, ces solutions premium nécessitent une formation sur modèle afin de détecter des schémas de fraude spécifiques et avancés, et sont donc un peu sur-conçues et coûteuses pour les petits commerçants.

Paiement fractionné

Vous avez probablement entendu parler de la valorisation fulgurante de Klarna au cours des derniers mois… Eh bien, il semble que les commerçants aiment beaucoup les solutions qui permettent aux clients de payer leurs achats en plusieurs fois, parfois appelés services « Acheter maintenant, payer plus tard ». De plus en plus populaires du côté des acheteurs, les solutions de paiement fractionné augmentent à la fois le panier du commerçant et le pool de clients éligibles.

Deux aspects peuvent freiner l’adoption des solutions BNPL : d’une part, elles nécessitent une autre intégration en caisse marchande si elle est réalisée par un pure-player pour une expérience utilisateur et un scoring client final optimaux. Deuxièmement, les frais de financement doivent être payés principalement par les commerçants, réduisant ainsi leur marge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *